Les taux des crédits immobiliers ont atteint 1,51 % en mars en moyenne.
La hausse des prix commence à grignoter le pouvoir d'achat.

Pas de panique pour les candidats à l'achat d'un bien immobilier. La hausse des taux de crédit, enclenchée depuis la fin 2016, n'a rien de brutal. Selon le baromètre Crédit logement/CSA, les taux d'emprunt (hors coût des assurances, toutes durées confondues) ont progressé de deux petits points de base en mars (0,02 %) sur un mois, pour atteindre désormais 1,51 %. Depuis le point bas atteint en novembre dernier (1,31 %), la hausse est donc de 20 points de base.

L'explication de cette hausse reste inchangée : même si les banques se refinancent actuellement quasi gratuitement grâce aux dépôts des épargnants et aux liquidités de la BCE, les taux de crédit immobilier restent indirectement liés à ceux auxquels la France emprunte sur dix ans (OAT).

Or, fin 2016, ces derniers avaient progressé, et cette hausse avait été très partiellement répercutée par les banques. « Habituellement, on constate un décalage d'environ trois mois entre la hausse des OAT et celle du crédit immobilier. Les légères tensions observées sur le crédit immobilier correspondent donc à des tensions sur les OAT à la fin 2016. De même, les OAT ont récemment diminué , ce qui pourrait se traduire dans trois mois dans le coût des emprunts immobiliers », remarque l'économiste Michel Mouillart.

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/0212012657485-credit-immobilier-la-hausse-des-taux-se-poursuit-mais-reste-encore-indolore-2082523.php#CxyHVu5TDIlgQX1r.99